Malgré mon investissement, j'ai échoué au bac. Plusieurs solutions s'offrent à moi : me réinscrire au lycée pour me présenter de nouveau l'an prochain, changer de filière, me former autrement, me lancer dans la vie active.

 

Je souhaite repasser le bac

Depuis la rentrée 2016, les élèves ayant échoué au bac sont autorisés à le bacpréparer à nouveau dans l'établissement dans lequel ils étaient scolarisés à la rentrée scolaire suivant immédiatement l'échec.

 

La bonne nouvelle ? Les lycéens généraux et technologiques qui ont échoué au bac ont aussi le droit de conserver, s'ils le demandent, leurs notes aux épreuves écrites supérieures ou égales à 10 sur 20, dans la limite des 5 sessions suivantes. S'ils font ce choix, ils ne pourront toutefois plus prétendre à l'attribution d'une mention à l'examen l'année suivante. Je peux ainsi me consacrer pleinement aux matières dans lesquelles mon niveau pêche le plus.

 

Je peux aussi repasser le bac en candidat libre, c'est-à-dire sans suivre les cours dans un lycée. Je peux me préparer seul ou en suivant le programme de terminale à distance via le Centre National d'Enseignement à Distance (CNED) par exemple. Mais autant dire qu'il va me falloir une motivation en béton et beaucoup de rigueur pour tenir toute l'année !

 

Je souhaite changer d'orientation

Peu de lycéens le savent, mais il est possible de changer de série de bac en fonction du livret scolaire. Par contre, si je change de série ou changementde spécialité, je ne peux pas conserver les notes obtenues au bac au-dessus de 10. Passer de S à ES ou de ES à L, par exemple, est envisageable mais demandera du travail supplémentaire dans les matières que je n'avais pas jusque là. A méditer avant de changer !

 

Au lycée, je me suis rendue compte que finalement la pratique m'attirait bien plus que la théorie. Après mon échec au bac, je peux envisager de continuer en débutant un bac pro ou un CAP. Les deux sont possibles par la voie scolaire et par la voie de l'apprentissage. Il existe des passerelles entre la voie générale et la voie professionnelle. Pour connaître les solutions possibles, je prends rapidement rendez-vous avec le conseiller d'orientation et le chef d'établissement de la formation que j'ai repérée. Mon objectif ? Avoir décroché une place dans la filière qui me plait d'ici la rentrée de septembre !

 

Sans repasser le bac, je peux envisager des études universitaires en décrochant la Capacité en droit : cette formation est proposée à l'université, dure 2 ans... et connait un taux d'échec de 80 % la première année. Si j'arrive à avoir cette Capacité en droit, j'obtiens la possibilité de m'inscrire uniquement en première année de droit ou en DUT Carrières juridiques.

 

Je souhaite expérimenter le Service Civique

Après cet échec au bac, j'ai besoin d'un temps de réflexion et je ne souhaite pas repasser le bac tout de suite. Le Service civique propose aux jeunes de 16 à 25 ans (et même 30 ans si je suis en situation de handicap) des missions rémunérées en France comme à l'étranger. J'aime l'idée de pouvoir me rendre utile dans un projet concret.

 

Pour en savoir plus sur le service civique.

jeune employée

Je souhaite me lancer dans la vie active

C'est décidé, je me lance dans la vie active. J'ai bien conscience que sans le bac, les recherches vont être plus complexes que si je l'avais obtenu. Pour augmenter mes chances, je peux débuter par une mission de Service Civique ou du bénévolat. Cela sera un atout sur mon CV !

 

Je me rapproche de la Mission locale la plus proche de chez moi pour bénéficier de l'accompagnement d'un conseiller. Il va pouvoir me présenter les différents dispositifs (comme Avenir Jeunes), les secteurs professionnels, les débouchés possibles sans diplôme.

 

Par exemple, je peux viser des concours de catégorie C de la Fonction publique ou me renseigner sur les carrières dans l'Armée. Je pourrais même envisager avec le conseiller une formation courte ou un titre professionnel.

 

Crédits photos

© Julie Bourges © BrianAJackson © sturti © filadendron