Services à la personne et à la collectivité

Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Niveau d'accès Bac ou équivalent
Statut
Fonctionnaire
Salaire moyen

Salaire moyen : ---€ bruts mensuels

Synonymes
Contrôleur(euse) des douanes et droits indirects
Inspecteur(trice) des douanes
Receveur(euse) des douanes
Centres d'intérêt Me déplacer souvent, intervenir sur le terrain

Description

Le contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes exerce une double fonction de conseiller technique et juridique auprès des revendeurs et de vérificateur de la conformité des produits aux réglementations en vigueur mis en circulation.

 

Activités principales

Le métier de contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes consiste, sous l'autorité d'un inspecteur, à vérifier que les produits de consommation sont conformes aux réglementations françaises et européennes en vigueur. Le contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes joue également un rôle de conseiller technique et juridique auprès des commerçants.

Comment travaille-t-il ?

Le contrôleur de la concurrence surveille la qualité des produits de consommation, qu'il s'agisse d'aliments, de jouets ou d'électroménager. Dans les magasins, il contrôle leur sécurité, leur prix, l'étiquetage et le respect des réglementations en matière de promotions, par exemple. Ses enquêtes peuvent intervenir sur plaintes de consommateurs, de l'administration ou d'entreprises ou s'effectuer à titre de contrôle. Il termine son travail par la rédaction d'un rapport. Quand il constate des infractions, il engage des poursuites judiciaires et prend des sanctions financières.

Où exerce-t-il ?

Fonctionnaire, le contrôleur travaille en équipe. Il alterne enquêtes de terrain, dans les entreprises et les magasins, et travail de rédaction au bureau.

Compétences pour être Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Qualités requises
Rigoureux :

De la réglementation abondante aux techniques d'enquêtes, en passant par les procédures à engager en cas d'infraction, tout dans le métier du contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes exige ordre et méthode.

 

Mobile :

Pour mener ses enquêtes, le contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se déplace beaucoup, dans un secteur géographique donné.

 

 

Ouvert :

Le sens du dialogue et du contact sont des atouts importants pour le contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Ses remarques et ses décisions ne sont pas toujours les bienvenues : il doit les faire passer avec tact.

Savoir-faire

  • - Veiller à la transparence des conditions tarifaires entre entreprises
  • - Détecter une pratique contraire au libre jeu de la concurrence
  • - Contrôler la conformité d'application de prescriptions légales
  • - Contrôler l'application d'une réglementation
  • - Contrôler la commercialisation de produits alimentaires ou industriels
  • - Rechercher des infractions comptables
  • - Dresser des procès-verbaux
  • - Réaliser des vérifications comptables
  • - Exploiter des documents comptables et financiers
  • - Rédiger des textes règlementaires
  • - Promouvoir le développement de normes de qualité
  • - Prélever des échantillons de produits et effectuer des tests de conformité, de fraîcheur en laboratoire
  • - Conseiller des entreprises sur leurs activités commerciales à l'international

 

Savoir

  • - Règlementation de l'information et de la protection des consommateurs
  • - Techniques d'import/export
  • - Droit commercial
  • - Droit civil
  • - Outils bureautiques
  • - Droit pénal
  • - Protection du consommateur
  • - Garantie légale de conformité
  • - Droit européen
  • - Veille juridique
  • - Méthodes d'analyse scientifique
  • - Méthodes d'investigation
  • - Management
  • - Techniques pédagogiques

 

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Dans la fonction publique, votre salaire (ou "traitement") dépend de votre grade et de votre échelon. A cette rémunération principale, qui progresse avec l'ancienneté, s'ajoutent diverses indemnités et primes, versées par exemple en fonction de votre lieu d'exercice ou de la taille de votre famille.

 

Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes 2ème classe

1 588 € à 2 333 €

Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes 1ère classe

1 626 € à 2 478 €

Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes principal

1 822 € à 2 727 €

 

(Ces salaires sont donnés en brut pour l’année 2017)

 

https://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-controleur-concurrence-consommation-repression-fraudes/0/5329.htm

Emploi

L'unique recruteur de contrôleur de la DGCCRF est le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.

Les recrutements se font au compte-goutte : 28 places offertes en 2016 par la voie du concours externe sur près de 2 000 candidats inscrit au concours de contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

La majorité des postes se situent en région parisienne, ainsi que dans l'Est et le Nord de la France. Ils sont attribués par le ministère en fonction du rang de classement obtenu à l'issue de la formation.

Choisir ma formation pour devenir Contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Pour exercer le métier de contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, vous devez être reçu au concours de contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (concours de catégorie B). Celui-ci, qui compte deux spécialisations (l’une à dominante juridique et économique, l’autre à dominante scientifique et technologique) se révèle très sélectif puisqu’à peine 2% des inscrits sont reçus chaque année.

Pour vous présenter à ce concours via la voie et externe un prérequis demeure : être titulaire du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Cependant, pour augmenter vos chances de réussite à ce concours, nous vous conseillons d’être au moins titulaire d’un diplôme de niveau bac + 2, par exemple dans le domaine juridique, à l’instar du DUT carrières juridiques que vous préparez, en Ile-de-France, à l’IUT de Villetaneuse, Université Paris 13, à Villetaneuse (93).

Une fois reçu au concours, vous êtes affectés au sein d’une unité départementale. Vous effectuez alors un stage rémunéré d’un an en alternance entre cette unité et École de formation des fonctionnaires de la DGCCRF, située à Montpellier (34).

Une fois titularisé, vous devenez contrôleur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes au premier échelon.

 

Pour aller plus loin :

Consultez la liste nationale des certifications :

http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=K1505

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier