acrobatesLes artistes et les techniciens amoureux de la scène doivent affronter une concurrence très vive pour faire leur place et durer ! Ceux qui y parviennent s'investissent dans leur métier avec passion, malgré la précarité à laquelle ils sont pour la plupart confrontés.

Troupes de théâtre, compagnies de danse, cirques, salles de spectacles... Les employeurs du spectacle vivant sont diversifiés. Il s'agit essentiellement de toutes petites structures : une sur 2 ne compte pas plus d'un salarié. Dotés le plus souvent d'un statut associatif, ces employeurs disposent de moyens financiers limités. L'emploi dans le spectacle est donc placé sous le signe de l'intermittence et de la précarité.

Artistes ou techniciens, les intermittents du spectacle travaillent au cachet ou signent des contrats à durées déterminées avec plusieurs employeurs du monde du spectacle. Un statut à part qui bénéficie d'un régime d'assurance chômage particulier.

Panorama du secteur

Selon les chiffres 2016 de la CPNEF : SV (Commission paritaire nationale emploi formation spectacle vivant), le spectacle concerne environ 194 523 salariés (32 % de permanents et 68 % d'intermittents, chiffres 2015). Par ailleurs, selon une publication de l'INSEE datée d’avril 2017 plus de la moitié de ces professionnels ont moins de 37 ans et 62 % sont des hommes.

Troupes de théâtre, compagnies de danse, cirques, salles de spectacles... Les employeurs du spectacle vivant sont diversifiés. Il s'agit essentiellement de toutes petites structures : une sur 2 ne compte pas plus d'un salarié. Dotés le plus souvent d'un statut associatif, ces employeurs disposent de moyens financiers limités. L'emploi dans le spectacle est donc placé sous le signe de l'intermittence et de la précarité.

 

Types d'entreprises (au 1er janvier 2017, sources diverses):

 

5 théâtres nationauxprojecteurs
38 centres dramatiques nationaux et régionaux
19 centres chorégraphiques nationaux
13 centres nationaux des arts de rue
12 pôles nationaux des arts du cirque
6 centres nationaux de création musicale
71 scènes nationales
97 scènes de musiques actuelles
150 théâtres de ville
15 opéras
28 orchestres nationaux ou régionaux
17 zéniths
150 cabarets / music-halls
Environ 900 prestataires de services techniques du spectacle et de l'événementiel

 

Le statut d'intermittent: un statut à part

danseuseArtistes ou techniciens, les intermittents du spectacle travaillent au cachet ou signent des contrats à durée déterminée (CDD) successifs avec plusieurs employeurs pour participer à des pièces de théâtre, comédies musicales, ballets, spectacles de cirque, etc. Ils travaillent pendant la durée du projet, puis peuvent rester quelques jours, voire des mois sans activité.

Les intermittents du spectacle bénéficient d'un régime d'assurance chômage particulier. Pour être indemnisés, ils doivent remplir certaines conditions : avoir déclaré au minimum 507 heures de travail (un cachet vaut pour 12 heures) au cours des 12 mois précédents.

Selon la nomenclature établie par la commission paritaire nationale pour l'emploi et la formation dans le spectacle vivant, le secteur comprend près de 200 organisés en 3 familles d'activité : activités artistiques (comédien, chorégraphe, danseur de variété, choriste, marionnettiste etc.), activités techniques (régisseur de tournées, concepteur lumière, costumier, machiniste, etc.), activités administratives (administrateur, directeur de production, tourneur, directeur des RH, directeur de la communication, etc.).

 

Repères

Réalisé par la Commission permanente sur l'emploi du Conseil national des professions du spectacle (CNSP), le référentiel métiers du secteur du spectacle est régulièrement remis à jour à partir des classifications d'emplois des trois conventions collectives nationales en vigueur et des pratiques professionnelles. Cette liste est indicative et non-exhaustive : face aux évolutions constantes, les métiers changent et de nouveaux apparaissent.

https://www.cpnefsv.org/sites/default/files/public/pdf/F-Metiers-du-spectacle/Liste%20des%20principaux%20m%C3%A9tiers%20du%20spectacle%20vivant%20-2017.pdf

 

Une formation indispensable

Si un diplôme parfois inutile pour exercer certains métiers du secteur, une formation peut s'avérer être une bonne base pour démarrer. On ne s'improvise pas comédien, acrobate, trapéziste, danseur, ni technicien son ou lumière. De plus, les lieux de formation sont souvent des espaces d'expérimentation et de rencontres, le début d'un réseau professionnel, si important pour s'insérer dans le milieu du spectacle. Pour les futurs techniciens, les études permettent de commencer à faire des stages.

Par ailleurs, la polyvalence est un atout précieux poucomédienr qui veut faire carrière dans le spectacle. Un comédien qui sait danser et maîtrise plusieurs instruments de musique participera à davantage de castings que celui qui ne mise que sur le jeu dramatique. De même, le régisseur qui est aussi à l'aise dans un théâtre que sur une tournée de concerts possède un avantage incontestable sur ses pairs.

Malgré tout, la réussite dans le milieu du spectacle reste aléatoire, même pour les plus talentueux. Aussi est-il prudent de ne pas miser uniquement sur sa passion artistique. Un diplôme dans un domaine « plus classique » (les langues, l'enseignement, etc.), obtenu parallèlement aux cours de comédie ou de chant, permet de trouver plus facilement un travail « alimentaire » en période d'inactivité, voire de se reconvertir si le succès se fait attendre.

Repères

Un rapport du Conseil Régional d’Île-de-France présenté par Valérie Pécresse et daté du 24 février 2017 confirme que la région concentre une grande partie des acteurs du spectacle vivant. L’Île-de-France est en effet la première région française en nombre d’acteurs professionnels du secteur du spectacle vivant (artistes, lieux et opérateurs). Plus de 30 % des équipes artistiques professionnelles françaises (compagnies, ensembles, groupes) y sont installées. L’Île-de-France abrite 49 % des emplois culturels, tandis que plus de la moitié des salariés relevant du régime de l’intermittence du spectacle travaillent sur notre territoire.

Malgré des baisses drastiques de la dotation de l’État, la culture est devenue une priorité régionale avec un budget en hausse de 12 % depuis 2015.

Pour aller plus loin : https://www.iledefrance.fr/espace-media/applis_js/rapports_cp-cr/2017-03-09/rapportsPDF/CR2017-52.pdf

Métiers de la scène

Au théâtre, à l'opéra, sur la piste de cirque ou dans la rue, les artistes font rire, pleurer et frémir les spectateurs venus admirer leur art et leur pouvoir d'incarner des personnages très différents.

Artiste de cirque

L'artiste de cirque peut être clown, jongleur, acrobate, trapéziste, équilibriste... Il donne des représentations de ses numéros face à un public qu'il doit émouvoir, émerveiller, impressionner, faire rire ou trembler. Pour y parvenir, il s'appuie sur de nombreux accessoires : costumes et ballons, masses de jonglage, cordes, fils durs, etc.

C'est magiciengénéralement l'artiste de cirque qui invente lui-même ses numéros. Il doit faire preuve d'imagination pour les renouveler régulièrement ou les intégrer dans le fil narratif d'un spectacle. Quelle que soit sa spécialité, l'artiste de cirque doit être en excellente condition physique, car son activité reste marquée par la performance.

Le nouveau cirque met en scène des artistes polyvalents, associant aux techniques du cirque traditionnel celles du théâtre ou de la danse.

 

Sa formation: de bac à bac + 3

Depuis 2001, le métier d'artiste de cirque est reconnu par le ministère de l'Éducation nationale et celui de la Culture. Deux diplômes d'État ont été créés sanctionnant 2 cycles successifs de formation : le BATC, brevet artistique des techniques du cirque (équivalent au bac), premier pallier vers le DNSP (diplôme national supérieur) d’artiste de cirque (de niveau bac + 3).

bon à savoirUn bac L spécialité arts - arts du cirque est proposé dans 8 établissements en France (hors Île-de-France). Vous devez choisir cette option dès la seconde.


L'École nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois (93) recrute des jeunes de 16 à 23 ans avec un niveau scolaire d'entrée en seconde et une pré-formation aux techniques du cirque basée sur un an au moins d'entraînement régulier. La formation dure 2 ans et vous donne accès au BATC.

L'École du cirque de Châtellerault (86) propose, par ailleurs, une formation pré-professionnelle aux jeunes préparant l'entrée à l'École nationale du cirque de Rosny. Cet objectif (qui ne vise la délivrance d'aucun diplôme d'État) est aussi celui d'une demi-douzaine d'autres écoles en France, par exemple, l'École internationale du mimodrame de Paris Marcel Marceau.acrobate

Si vous êtes titulaire du BATC ou du bac. La formation est dispensée sur 3 ans par le CNAC (Centre national des arts du cirque) à Châlons-en-Champagne (51), ainsi qu'à l’ENACR (école nationale des arts du cirque) à Rosny sous bois (93) et à l’école nationale supérieure des arts du cirque à Chalons-en-Champagne (51).

Par ailleurs, des établissements privés proposent des cours de mime, par exemple, l'École internationale du mimodrame de Paris Marcel Marceau.

 

Où exerce-t-il?

Les cirques de tradition embauchent des artistes de cirque mais aussi les jeunes compagnies privées.

En France, les festivals consacrés au cirque fleurissent chaque année aux beaux jours. Ils donnent régulièrement rendez-vous aux jeunes professionnels et au public. Les plus connus sont les festivals des arts de la rue, qui ont lieu en régions pendant l'été.

L'artiste de cirque peut monter sa propre troupe, en s'associant avec des comédiens ou des danseurs par exemple. Le cirque contemporain favorise justement la fusion entre différentes formes d'expression artistique.

Voir la fiche détaillée.

 

Chanteur(euse)

L'artiste lyrique chante seul ou en chœur, dans un orchestre ou à l'opéra. Le chanteur de variétés, lui, chante seul ou en groupe, sur scène et sur des plateaux de télévision. Tous deux se produisent devant un public. Ils enregistrent aussi en studio des œuvres classiques ou des chansons.

Pour atteindre un bon niveau et conserver le souffle nécessaire, le chanteur, studieux et endurant, doit travailler longuement et quotidiennement. Le chanteur lyrique doit apprendre et parler plusieurs langues pour la bonne diction des chants en langues étrangères, et notamment l'italien ou l'allemand qui sont, avec le français, les langues les plus courantes des grands opéras.

chanteur

Sa formation: de solides bases musicales pour commencer...

En théorie, le métier de chanteur ne nécessite aucune formation particulière. Les professionnels recommandent malgré tout de commencer la musique très jeune, dès l'âge de 7 ou 8 ans.

Un bac option musique pour démarrer. Un bac littéraire avec une option musique, un bac technologique techniques de la musique et de la danse (après une seconde spécifique) ou un DEM (diplôme d'études musicales) vous permettent d'intégrer sur concours les CRR, Conservatoires à rayonnement régional et les CRD, Conservatoires à rayonnement départemental.

À noter : le DNOP diplôme national d'orientation professionnelle, spécialités musique, danse ou art dramatique s'obtient à l'issue d'un cycle d'enseignement professionnel initial (CEPI) de 2 à 4 ans au sein d'un conservatoire.

Les CNSM, conservatoires nationaux supérieurs de musique de Paris ou de Lyon, constituent la voie royale pour les chanteurs qui souhaitent intégrer un chœur. La formation dure entre 2 et 5 ans selon les disciplines.

Le diplôme d'État de professeur de musique s'obtient au terme d'une formation spécifique organisée par les CEFEDEM, centres de formation des enseignants de la musique.

À l'université, vous pouvez préparer une licence mention musicologie ainsi que des diplômes de 3e cycle.chanteuse

Beaucoup de chanteurs de variétés ont, au départ, une formation lyrique. Cependant, il existe de plus en plus d'écoles spécialisées dans le domaine des variétés, comme le Studio des variétés à Paris.

Enfin, d'autres diplômes spécialisés sont envisageables comme le diplôme de la Schola cantorum, préparé en 2 ans à temps plein, et le prix du Conservatoire national de musique et de danse de Paris.

 

Où exerce-t-il?

Seulement 20 % à 30 % des diplômés des 2 conservatoires nationaux de Paris et de Lyon font carrière. Recrutés comme choristes, ils acquièrent un statut de salariés en devenant titulaires ou même, par la suite, chefs de chant des orchestres nationaux ou régionaux.

Les autres chanteurs travaillent au cachet et bénéficient de contrats saisonniers.

Les chanteurs de variétés se tournent vers les concerts, les spectacles et l'enregistrement de disques. Ils doivent s'adresser à des auteurs-compositeurs s'ils ne créent pas eux-mêmes leurs chansons.

Voir la fiche détaillée

 

Comédien(ne)

 

Le comédien est un professionnel du spectacle. Sur scène ou à l'écran, il interprète des textes et donne vie à des personnages. Le comédien maîtrise plusieurs techniques de respiration, de gestuelle et de diction, parfois même de chant ou de danse.

comédien

Sa formation: en 3 ans dans les écoles d'art dramatique

La formation académique au métier de comédien se déroule en 3 ans dans les conservatoires et les écoles d'art dramatique... Cependant, certains parviennent sans formation à percer dans le milieu.

Il existe un bac L avec une option théâtre vous permet de découvrir le théâtre dès le lycée.

En écoles. Les concours d'admission des cours/écoles de théâtre privés sont accessibles aux candidats sous condition d'âge (18 ans en général).

Pour rejoindre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique, de Paris (CNSAD), vous devez avoir entre 18 et 25 ans. L'École supérieure d'art dramatique du théâtre (ESAD) de Strasbourg et l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de Lyon (ENSATT) sont également très réputées.

À l’université. Par ailleurs, des universités vous proposent des cursus dédiés au théâtre, par exemple la licence pro encadrement d'ateliers de pratique théâtrale (Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ou la licence arts du spectacle parcours théâtre (Paris 8), qui peut être suivie au choix d'un master pro métiers de la production théâtrale (Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ou d'un master recherche études théâtrales spécialité théâtre et autres arts (Sorbonne Nouvelle-Paris 3 en cohabilitation avec l’ENS). Ces formations restent toutefois très théoriques.

 

Où exerce-t-il?casting

Beaucoup de théâtres et de cafés-théâtres, notamment parisiens, offrent aux comédiens la possibilité d'exercer leur talent. Quelques acteurs se tournent aussi vers la mise en scène.

Le cinéma, les plateaux de télévision et les radios sont en constante recherche de personnel.

Les maisons d'édition publiant des histoires racontées sur CD recrutent aussi des comédiens pour leurs voix.

Les parcs d'attraction embauchent des figurants.



Si la période d'inactivité se prolonge, les professionnels du spectacle se voient parfois contraints de trouver un travail « alimentaire ». Nombreux sont ceux qui se consacrent à l'enseignement de leur discipline ou à des interventions auprès des enfants et des jeunes en leur proposant des activités artistiques. L'animation est aussi un débouché pour certains artistes : événementiel, goûters d'enfants, spectacles d'entreprises et autres ateliers pour salariés. Attention cependant à ne pas rester trop longtemps en dehors du circuit artistique, au risque de vous faire oublier !


Voir la fiche détaillée

 

Danseur(euse)

 

C'est avec son corps que le danseur fait vivre des personnages, exprime des sentiments, donne un style à son interprétation. Avant de participer à un spectacle de danse, il répète longuement les mouvements et les pas de la chorégraphie.

Activité très exigeante, la danse nécessite une bonne hygiène de vie, une condition physique et psychologique irréprochable, ainsi que de l'endurance pour enchaîner entraînements et répétitions.

 

danseuseSa formation: de bac + 2 à bac +4

Différents parcours existent pour devenir danseur mais, quelle que soit l'option choisie, les professionnels vous recommandent de commencer la danse très jeune, dès 6 ans !

Vous pouvez concilier études secondaires et danse en suivant une 3e à horaires aménagés, un bac L avec une spécialité en danse ou un bac techniques de la musique et de la danse, option danse.

À bac + 2. L'École de l'Opéra de Paris est la voie royale. Elle forme les célèbres petits rats de l'Opéra (niveau bac + 2). Un diplôme d'État en 2 ans permet, par ailleurs, l'accès au métier de professeur de danse. Ce diplôme est dispensé par une quinzaine d’établissements en France dont 4 en Île-de-France : RIDC (Rencontres internationales danse contemporaine), Studio Harmonic et Académie internationale de la danse. Au RIDC il est possible de faire financer sa seconde année de formation au DE de professeur de danse par la région. Pour pouvoir s'inscrire à la formation au diplôme d'État, le candidat doit au préalable avoir réussi l'examen d'aptitude technique (EAT) ou être titulaire d'un titre ou diplôme qui l'en dispense. Le candidat doit adresser 2 mois avant la date de l'examen, un dossier d'inscription via la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) de son lieu de résidence.

À bac + 3. Un DNSPD, diplôme national supérieur professionnel de danseur donne un niveau bac + 3. Vous devez préparer une licence parallèlement à votre formation en danse. Sept écoles de danse proposent ce cursus (dont 3 en Île-de-France : l'École de danse de l'Opéra national de Paris, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et le Pôle supérieur d'enseignement artistique Paris Boulogne-Billancourt).

À bac + 4. Le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris fait aussi partie des formations emblématiques. Le niveau de formation se situe à bac + 4, avec 2 années supplémentaires si vous souhaitez vous spécialiser.

hip hop

Où exerce-t-il?

Des chorégraphes recrutent des danseurs expérimentés pour de grands spectacles musicaux ou des émissions de télévision.

Les cabarets parisiens embauchent régulièrement de jeunes danseurs en leur faisant passer des auditions.

Parmi les parcs de loisirs organisant des spectacles de danse, Disneyland, à Marne-la-Vallée est le plus gros employeur avec une centaine de danseurs en CDD et une demi-douzaine en CDI.

Voir la fiche détaillée

 

Musicien(ne)

 

De formation classique, le musicien instrumentiste joue d'un instrument de musique dans une salle de spectacle ou un studio d'enregistrement. Il sait lire les partitions, maîtrise toutes les techniques du solfège et peut donc interpréter beaucoup de morceaux sur son instrument de prédilection. Il peut également jouer des musiques de chambre, d'opéra, de variété, de pop, de rock ou de jazz.

musicienCertains musiciens se tournent vers l'enseignement ou deviennent compositeurs.

En musique, on distingue les cordes, les bois, les cuivres et les percussions. Selon la place qu'il occupe dans un orchestre, le musicien peut être soliste, chef de pupitre ou musicien du rang. Il travaille sous la baguette d'un chef d'orchestre dont il suit les instructions et les gestes.

Pour atteindre et conserver un bon niveau, le musicien doit de jouer plusieurs heures chaque jour. Créatif, il ne se contente pas de jouer des notes. Il interprète aussi de la musique avec ses propres émotions, qu'il fait partager à ses auditeurs.

Vivre de la musique demande une grande disponibilité. Horaires décalés, déplacements nombreux, etc. Le musicien mène souvent une vie d'itinérant.

 

Sa formation: commencer jeune des études musicales

À bac. Tout en se formant dans un conservatoire de musique le plus tôt possible, on peut, dès le collège, suivre des CHAM (classes à horaires aménagés en musique). Il vous est possible de préparer un bac technologique techniques de la musique et de la danse option instrument ou le bac L (littéraire) avec une spécialité musique. Il existe également le BT métiers de la musique qui s’obtient en 3 ans après la classe de 3e. Trois lycées en France le dispensent dont un en Île-de-France, le lycée Jean-Pierre Vernant de Sèvres (92) et donne le niveau bac.

Après le bac, pour vous professionnaliser, il vous faudra suivre un cursus validant une formation supérieure en musique. Plusieurs types d’établissements sanctionnent une formation poussée dans le domaine musical.

À bac + 3. Après l’obtention d’un DEM ou DNSOP (diplôme d’études musicales ou diplôme national d’orientation professionnelle) de musique en fin de cycle spécialisé de conservatoire, vous pouvez envisager un cycle d’enseignement supérieur professionnel de 3 ans au conservatoire à rayonnement régional de Paris ou de Boulogne-Billancourt, en partenariat avec l’université Paris-Sorbonne.

Ce cycle valide à la fois le DNSPM (diplôme national supérieur professionnel de musicien) et la licence de musicologie (tous deux de niveau bac + 3).

À noter : le conservatoire à rayonnement régional de Cergy-Pontoise, en partenariat avec l’université de Cergy-Pontoise, propose aux bacheliers élèves du conservatoire la possibilité de poursuivre leur cursus tout en préparant une licence de lettres.

À bac + 4. Sur concours très sélectif, vous pouvez intégrer l’un des deux conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse (CNSMD) de Paris ou Lyon afin d’obtenir le DNSPM (diplôme national supérieur professionnel de musique, de niveau bac + 4. Ces conservatoires nationaux constituent la voie royale pour les musiciens souhaitant intégrer un orchestre.
 

À bac + 5. Il est possible de prolonger ces études par 2 années de master de musicien à l’université, dans l’un des CNSMD, ou même à l’étranger.

D’autres diplômes permettant une formation supérieure au métier de musicien existent mais ne sont pas homologués au niveau européen ou bien émanent d’établissements privés : par exemple les prix de perfectionnement des conservatoires à rayonnement régional ou les diplômes délivrés par l’École normale de musique Alfred-Cortot de Paris ou l’école Schola Cantorum.

 

Enseigner la musiqueprofesseur

Pour enseigner la musique, le diplôme d'État de professeur de musique vous permet d'exercer dans les écoles de musique non-contrôlées par l'État, ou en libéral et donne un niveau bac + 2. Il se prépare dans un CEFEDEM (centre de formation supérieure des enseignants de la danse et de la musique) ou un CESMD (Centre d'études supérieures musique et danse). Le CA (certificat d’aptitudes) aux fonctions de professeur de musique donne un niveau bac + 3 et permet d’enseigner dans les établissements publics ou privés, y compris supérieurs.

Pour la formation des plus jeunes, des diplômes spécifiques sont requis, le DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant) qui se prépare en CFMI (centre de formation des musiciens intervenants), pour les enseignants de maternelle, le CAPES d'éducation musicale et de chant choral, qui se prépare à l’université, pour les professeurs en collège et en lycée.

 

Où exerce-t-il?

Les orchestres classiques nationaux et régionaux permanents recrutent les musiciens sur concours et pour un poste très précis. Dans ces grandes formations, les instruments à cordes sont les plus nombreux, donc les plus sollicités.

Les orchestres indépendants font appel à des intermittents, seulement pour la durée d'un spectacle ou d'un festival.

Les conservatoires nationaux et régionaux, les universités, les écoles nationales de musique emploient des professeurs de musique titulaires du certificat d'aptitude délivré par le ministère de la Culture et de la Communication.

Les particuliers, les municipalités ainsi que les lycées, les collèges et les écoles élémentaires, sont également à la recherche de musiciens confirmés, éventuellement titulaires du diplôme d'État de professeur de musique ou d'autres diplômes.

C'est en créant leur propre projet que beaucoup d'artistes débutent. Certains organismes, comme la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), l'association Hors les murs, des associations liées aux grandes écoles théâtrales, certaines municipalités... peuvent financer ces créations. Quelques salles de spectacle acceptent d'accueillir des troupes sans contrepartie financière immédiate. Les jeunes artistes du cirque contemporain, par exemple, se font souvent connaître dans des salles d'associations socio-culturelles, des festivals de théâtre de rue.

Voir la fiche détaillée.

Métiers en coulisses

Dans les coulisses, s'affairent des professionnels moins connus du grand public : les techniciens. Ces derniers utilisent leur savoir-faire et leur talent pour mettre en valeur le travail des artistes sur scène.

Costumier(ère)-habilleur(euse)

 

Le costumier-habilleur crée des vêtements actuels ou d'époque pour les besoins d'une pièce de théâtre, d'un ballet, d'un spectacle musical. Il prend soin de garder les costumes propres et en bon état. Dans certains cas, il aide aussi les artistes à s'habiller.

 

Sa formation: du CAP au bac + 5

Le CAP métiers de la mode - vêtement flou peut constituer votre première étape vers les diplômes de niveau supérieur. Une poursuite d’études vers la FCIL (formation complémentaire d'initiative locale) rénovation et entretien de costumes de théâtre (en un an) est envisageable. Un seul établissement la propose en France : le lycée d’enseignement adapté (LEA) François Cavanna à Nogent-sur-Marne (94).

À bac. Autre possibilité : préparer le bac pro métiers de la mode-vêtement en 3 ans après la classe de 3e (ou 2 ans après le CAP).Costumes

Le DTMS (diplôme technique des métiers du spectacle) option techniques de l'habillage se prépare en 2 ans dans 15 établissements (dont 3 en Île-de-France).

 

À bac + 2. L'acquisition, en 2 ans d'un DMA costumier-réalisateur (7 établissements en France, dont 3 en Île-de-France) ou du BTS design de mode, textile et environnement, option mode (une vingtaine d’établissements dont 3 en Île-de-France) vous permet de devenir assistant costumier.

À bac + 3, il existe 2 voies royales pour accéder à ce métier :

  • l'ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) de Lyon, qui propose 2 formations spécifiques : une de costumier avec l’option coupeur (bac + 3), en un an, et qui permet à l’étudiant de valider en parallèle une licence pro arts du costume de spectacle délivrée par l'université de Lyon 2. L’école délivre également une formation de concepteur costumes en 3 ans (accessible à bac + 2),
  • l'ESAD (École supérieure des arts dramatiques du Théâtre national de Strasbourg, qui délivre un diplôme de scénographie costumes (bac + 3), en 3 ans.

 

Où exerce-t-il?

Les entreprises du spectacle comme les compagnies de théâtre, les maisons de production de films ou les associations culturelles embauchent des costumiers-habilleurs.

Chaque chaîne de télévision propose des places aux costumiers-habilleurs débutants. Ils sont alors chargés de choisir les vêtements des présentateurs ainsi que les bijoux et accessoires qu'ils doivent porter.

Les plus expérimentés peuvent aussi entrer au service de grandes maisons comme la Comédie française ou rejoindre des ateliers de réalisation privés.

Voir la fiche détaillée.

 

Décorateur(trice)-scénographe

 

Le décorateur-scénographe réalise des décors de théâtre, de cinéma ou de plateaux de télévision. Il met aussi en scène des évènements publics et des expositions, dans des musées ou des galeries notamment. Des premiers dessins au montage des décors, il est responsable de chacune des étapes du projet.

La conception de décors nécessite d'avoir une bonne perception des espaces et des volumes, ainsi que de solides connaissances en architecture ou en peinture. Traduire dans l'espace le projet d'un spectacle suppose aussi de bonnes notions de mise en scène. Par ses connaissances étendues, le décorateur scénographe est un professionnel très polyvalent.décorateur

Pour imaginer des ambiances, inventer des univers, et même reconstituer des décors historiques, il faut être très créatif.

 

Sa formation: bac + 3 minimum

La formation de décorateur-scénographe est dispensée par quelques écoles nationales du spectacle.

À bac + 3. L'ESAD-TNS, École supérieure d'art dramatique du théâtre national de Strasbourg, vous propose un diplôme de scénographie-costumes (bac + 3).

Autre possibilité : préparer le diplôme national d’art (DNA) mention design, en 3 ans après le bac dans les écoles de beaux-arts (hors Île-de-France).

À bac + 5, plusieurs écoles vous préparent au métier de scénographe-décorateur : l'ENSATT, École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, département scénographie-décor (Lyon) ; l'ENSMIS, École nationale supérieure des métiers de l'image et du son, département décor spécialité cinéma-audiovisuel (Paris) ; l'ENSAD, École nationale supérieure des arts décoratifs, section scénographie (Paris).

L’université propose aussi des formations, par exemple le master pro arts et culture spécialité arts de l’exposition et scénographies (hors Île-de-France).

À bac + 6, l'École d'architecture de Nantes assure une formation diplômante, le DPEA « scénographe » (bac + 6), pour les étudiants titulaires d’un bac + 5.

 

Où exerce-t-il?

Les théâtres parisiens et les opéras ont bien souvent leur propre décorateur-scénographe. Les théâtres plus modestes et l'industrie du cinéma embauchent ponctuellement des équipes de décorateurs qui ont alors le statut d'intermittents du spectacle.

De plus en plus, les musées et les espaces d'exposition mettent en scène les œuvres qu'ils présentent, dans un souci artistique ou pédagogique. Ils offrent de nouveaux débouchés aux décorateurs-scénographes.

Voir la fiche détaillée.

 

Éclairagiste de spectacle

 

Appelé aussi « concepteur lumières », l'éclairagiste de spectacles tient compte des contraintes techniques et des besoins artistiques d'un spectacle pour proposer la meilleure lumière possible pour chaque scène. Il intervient avant un spectacle, pendant les représentations mais aussi lors de la phase de démontage du matériel.

 

Sa formation: des débuts à bac + 2spot

Les formations au métier d'éclairagiste sont peu nombreuses.

À bac + 2. Le bac en poche, vous pouvez préparer un DMA régie de spectacle option lumière (bac + 2), uniquement dans 6 établissements en France (dont un à Paris : le lycée Paul-Poiret – 75011 –).

À bac + 3, le diplôme de régie-création (ESAD de Strasbourg) constitue aussi une bonne porte d'entrée dans le métier en donnant un niveau terminal d’études bac + 3.

À bac + 5, citons le diplôme de l'ENSATT section concepteur lumière accessible avec un bac + 2 pour une durée de 3 ans.

Enfin, l'INA, Institut national de l'audiovisuel, vous propose des stages professionnels pour acquérir les bases du métier d'éclairagiste dans les spectacles vivants ou dans la production audiovisuelle.

 

Où exerce-t-il?

Les salles de spectacles et les maisons de production sont les principaux employeurs d'éclairagistes de spectacles. Ces derniers ne sont pas salariés à temps plein mais dépendent du régime des intermittents du spectacle.

Voir la fiche détaillée.

 

Ingénieur(e) du son

 

L'ingénieur du son garantit la qualité sonore de tout enregistrement : sur le tournage d'un film, pendant une émission de télévision ou de radio, lors d'un spectacle, etc. Aucun bruit parasite ne lui échappe ! En accord avec le réalisateur, le producteur ou l'artiste, il définit aussi les solutions techniques permettant une prise de son optimale.

ingénieur du sonPlus généralement, l'ingénieur du son contribue à donner sa « couleur sonore » au film ou à l'enregistrement : il définit la tonalité, participe au choix des bruitages et des musiques, etc.

À la fois technicien et artiste, l'ingénieur du son trouve des solutions inédites pour obtenir les effets sonores recherchés. Pour lui, tout est affaire de réglages, de précision et de rapidité. Il doit réagir vite aux demandes qui lui sont faites.

Sa formation: de bac à bac + 5/6

À bac. De son côté, le conservatoire national de région de Boulogne-Billancourt délivre un certificat « prise de son » ouvert aux titulaires au minimum d'un bac, ayant une large culture musicale. La durée de la formation est de 8 mois et l’accès se fait sur concours.

À bac + 3. En 3 ans après le bac, l’ESRA (École supérieure de réalisation audiovisuelle) vous propose un diplôme d’études supérieures des techniques du son (DESTS). En dernière année, les étudiants ont le choix entre plusieurs options : son audiovisuel ; son musical ; sound design jeux vidéos & cinéma ; radio.

L'université vous propose des formations pouvant mener à ce métier. On peut citer la licence pro gestion de la production audiovisuelle mention techniques du son et de l'image (Paris Est Marne-la-Vallée en partenariat avec Gobelins-l’École de l’image).

À bac + 5. Les diplômes reconnus par les professionnels sont ceux de l'ENSLL, École nationale supérieure Louis-Lumière, section son (recrutement à bac + 2 pour 3 ans d’études) et de l'ENSMIS, École nationale supérieure des métiers de l'image et du son spécialisation son (recrutement à bac + 2 pour 4 ans d’études).

Accessibles sur concours très sélectif après un bac + 2 (BTS, DUT, L2 ou prépa) ces écoles forment des ingénieurs du son en 3 ou 4 ans et donnent un niveau bac + 6. Une fois diplômé, vous aurez peu de difficulté à vous faire embaucher.ingénieure

Par ailleurs, le conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris délivre le diplôme de musicien-ingénieur du son (bac + 5). Il recrute sur concours, après un bac + 2 scientifique et un niveau de fin d'études de Conservatoire pour la musique. Les études durent 4 ans et la sélection est sévère.

À l’université, vous pouvez envisager un master pro image et son (Brest), ou ingénierie des systèmes images et sons (Valenciennes), ou encore acoustique, traitement du signal, informatique, appliqués à la musique (UPMC, en partenariat avec l’IRCAM et télécom ParisTech).

 

Où exerce-t-il?

Les ingénieurs du son travaillent principalement en Île-de-France et les places sont peu nombreuses.

Les postes d'ingénieur du son se trouvent principalement dans les sociétés de production de cinéma, de télévision ou de spectacles.

Les producteurs de concerts ou de comédies musicales embauchent du personnel expérimenté, mais les débutants sont les bienvenus en tant qu'assistants.

Les sociétés de production institutionnelles embauchent de jeunes ingénieurs du son. Elles produisent notamment des films pour les entreprises.

Voir la fiche détaillée.

 

Maquilleur(euse)

 

Sur un plateau de cinéma, dans les coulisses d'un théâtre ou d'un défilé de mode, le maquilleur réalise le maquillage des acteurs et mannequins selon des besoins. Il s'agit aussi bien d'embellir le visage de la jeune première que de grimer un comédien en vieillard ou en monstre !

Appliquer les méthodes de base ne suffit pas : il faut aussi posséder ou développer un sens artistique personnel et faire preuve d'imagination et de créativité.

 

Sa formation: en écoles privéesmaquilleur

Aucun diplôme national n'existe pour ce métier. Seules des écoles privées dispensent des formations spécialisées. Profitez des journées portes ouvertes pour découvrir les locaux, vous renseigner sur la pédagogie et le coût de la formation.

La fibre artistique étant au cœur du métier de maquilleuse pour le cinéma, les profils des élèves qui intègrent ces formations sont très variés : diplômés en couture, en arts plastiques, en coiffure, en esthétique-cosmétique, etc. On vous demandera souvent d'avoir au moins 18 ans.

À bac + 2. Si vous souhaitez travailler en institut de beauté, vous devrez suivre au préalable une formation en esthétique : CAP, bac pro ou BP « esthétique, cosmétique, parfumerie » ; BTS métiers de l’esthétique-cosmétique-parfumerie.

 

Où exerce-t-il?

L'univers du spectacle et de la mode est l'une des deux grandes filières d'activité des maquilleurs artistiques. Les places, très convoitées, y sont hélas peu nombreuses. Aux périodes de travail (souvent intenses) se succèdent de longs mois d'inactivité. Rémunérés au cachet, les maquilleurs artistiques sont intermittents du spectacle. Ceux qui ont fait leurs preuves et possèdent un bon réseau professionnel peuvent gagner très bien leur vie. Mais nombreux sont ceux qui n'arrivent pas à vivre de cette seule activité.

Voir la fiche détaillée.

 

Régisseur(euse)

 

Le régisseur est présent sur tous les plateaux de cinéma, ainsi que sur les émissions télévisées, les scènes de théâtre ou de concert. Son objectif principal est de faciliter le déroulement des tournages et des représentations en prenant en charge l'intendance et la logistique : location de matériel technique (caméras, projecteurs, câbles, etc.), demandes d'autorisations de tournage, réservations des chambres et repas pour l'équipe technique et artistique, etc.

Pour réussir, vous devrez être astucieux, organisé et posséder une bonne connaissance des différents métiers artistiques.

 

Sa formation: de bac + 2 à bac + 5régie

Plusieurs diplômes spécialisés vous permettent d'entamer une carrière de régisseur. Mais la régie générale s'apprend sur le tas.

À bac + 2. Le CFA du spectacle vivant et de l'audiovisuel de Bagnolet propose un diplôme de régisseur son, un diplôme de régisseur lumière ou encore de régisseur plateau, les trois formations se déroulant en 2 ans après le bac, en alternance.

Toujours à bac + 2, le BTS métiers de l'audiovisuel option gestion de production vous permet d'acquérir un enseignement de base, d'autant que la régie générale est très liée à la production.

Il vous est possible aussi de passer par une école audiovisuelle disposant d'un département production.

Enfin à bac + 5, on peut citer le master pro cinéma, télévision et nouveaux médias (université Panthéon-Sorbonne Paris 1).

 

Où exerce-t-il?

Les sociétés de production audiovisuelle engagent des régisseurs pour les tournages de films, de fictions télé ou de publicités.

Les chaînes de télévision proposent des postes stables pour leurs jeux télévisés. Le régisseur est alors salarié de la chaîne pour laquelle il travaille.

Les théâtres ont, eux aussi, recours à des régisseurs, mais les missions sont de plus courte durée.

Enfin, les agences de communication spécialisées dans l'événementiel recrutent des régisseurs pour des concerts ou des manifestations publiques de grande ampleur.

Voir la fiche détaillée.

 

Métiers de la production et de l'administration

Découvrir des talents, concevoir des spectacles, organiser des tournées... Les métiers de producteurs et de managers permettent de vivre en au contact des artistes... sans être pour autant artiste soi même.

Producteur(trice) de spectacle

Le producteur de spectacle réunit tous les ingrédients nécessaires à la création d'un spectacle (concert, comédie musicale, pièce de théâtre, one man show, etc.). Il trouve les moyens humains et techniques nécessaires, sélectionne des salles, détermine le prix des places, etc.

Amené à gérer de front les aspects commerciaux et artistiques du projet, il doit faire preuve d'intuition et de créativité, tout en gardant les pieds sur terre.

En bon chef d'entreprise, le producteur est capable de prendre des risques et de mener à bien les projets dans lesquels il se lance. Enthousiaste, il tire toute son envie et son énergie de sa passion pour la musique. Face à un grand nombre d'interlocuteurs, il sait convaincre et séduire.

 

productionSa formation: de bac + 2 à bac + 5

À bac + 2, le BTS métiers de l'audiovisuel option gestion de production vous apportera les connaissances de base indispensables aux activités de production.

À bac + 3, quelques licences sont tournées vers la musique ou le son, telles la licence mention musicologie qui permet en L3 de se spécialiser en administration de la musique et su spectacle vivant (université d’Évry), la licence professionnelle gestion de la production audiovisuelle multimédia et événementielle (université de Rennes) ou encore la licence pro techniques et activités de l’image et du son, spécialité gestion de la production audiovisuelle (animation, cinéma et télévision) délivrée en partenariat avec l’université de Marne-la-Vallée et Gobelins l’École de l’image. D'autres licences, dans le domaine de la gestion et de l'administration culturelle, sont également appropriées.

À bac + 5, vous pouvez préparer un master professionnel administration et gestion de la musique (Paris 4), un master professionnel administration de la musique et du spectacle vivant (université de Paris-Saclay), etc.

Autre possibilité : suivre une formation supérieure en commerce ou en droit, très précieuse lorsqu'on doit négocier des contrats.

Par ailleurs, l'EMC, à Malakoff (92), propose une formation non-diplômante en production musicale studio. Elle se déroule sur un an en alternance.

 

Manager(euse) d'artiste

Le manager d'artiste, ou agent artistique, gère la carrière d'un ou plusieurs artistes. Il les conseille dans leurs choix artistiques et professionnels. Il prospecte, négocie et suit leurs contrats. Il s'occupe des relations avec les journalistes.

Dans ce métier, déplacements et réunions sont fréquents. Il faut donc être très disponible.

Doté d'un excellent relationnel, le manager sait mettre en confiance les artistes dont il s'occupe. Il est aussi capable de rassurer et convaincre ses autres interlocuteurs : producteurs, programmateurs, tourneurs, etc.

agent artistique

Sa formation: sur le terrain

Le métier de manager d'artiste s'apprend le plus souvent à travers des expériences en tant que collaborateur d'agent, producteur ou encore tourneur.

Une formation supérieure en droit commercial et droit de la propriété intellectuelle, en économie ou gestion vous apportera néanmoins les bases nécessaires au suivi des contrats artistiques. De même que le BTS métiers de l'audiovisuel option gestion de production peut constituer un bon départ.

Néanmoins, on peut citer le MBA management musique, une formation en un an de niveau bac + 5 accessible avec un bac + 4 (master 1) dispensée par l’EMIC (École de management des industries créatives) située à Levallois (92) et qui mène à ce métier.

 

Où exerce-t-il?

Souvent le manageur d’artiste travaille en indépendant.

Voir la fiche détaillée

 

Tourneur(euse)

Le tourneur élabore la tournée d'un artiste ou d'un spectacle : sur une période donnée (qui peut durer plusieurs années), il trouve des salles et des festivals où l'artiste et sa troupe pourront se produire, le temps d'une ou de plusieurs représentations. Le tourneur négocie également des conditions spécifiques pour chaque concert : nombre de places mises en vente, prix de ces places, partenariats avec les médias, vente de produits dérivés, etc. Il garde toujours un œil sur la billetterie : lorsqu'une date se vend mal, il peut initier des opérations de communication pour attirer plus de spectateurs.

tournageTrès disponible, le tourneur se déplace en France et à l'étranger pour visiter les salles de concerts, rencontrer les programmateurs et les diffuseurs, assister à des festivals, etc. Doté d'un bon relationnel, le tourneur possède, en plus, le sens des affaires : son but est que la tournée rapporte le plus d'argent possible !

Sa formation: aucune!

Il n'existe pas de formation pour devenir tourneur. Pour exercer cette profession, vous devez cependant posséder une licence d'entrepreneur de spectacle vivant délivrée par une DRAC, direction des affaires culturelles et régionales.

Pour l'obtenir, vous devez être majeur, être diplômé de l'enseignement supérieur ou justifier d'une expérience de 2 ans dans le secteur ou encore avoir suivi une formation professionnelle de 500 heures. La licence délivrée est valable 3 ans renouvelables. La demande de renouvellement de la licence doit être adressée au moins 4 mois avant son expiration à la DRAC. En l'absence de réponse du préfet de région dans les 4 mois, la licence est considérée comme renouvelée.

 

Où exerce-t-il?

Il travaille le plus souvent dans une agence de production de spectacles. Il en existe de nombreuses : 3C, Furax…

bon à savoirÊtre programmateur(trice). Cette personne sélectionne les artistes qui se produiront dans sa salle de spectacle en tenant compte des orientations artistiques de celle-ci et de la rentabilité probable de chaque spectacle programmé. Selon les cas, elle contacte l'artiste qu'elle souhaite accueillir (via son agent), ou répond à une demande formulée par l'artiste.

Mes ressources utiles

CFPTS, Centre de formation professionnelle aux techniques du spectacle

92, avenue Gallieni, 93170 Bagnolet, tél. 01 48 97 25 16

http://www.cfpts.com

 

CND, Centre national de la danse

1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin cedex, tél. 01 41 83 27 27 ou 01 41 83 98 98

http://www.cnd.fr

 

CNSAD, Conservatoire national supérieur d'art dramatique

2 bis, rue du Conservatoire, 75009 Paris, tél. 01 42 46 12 91

http://www.cnsad.fr

 

CNT, Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre

68, rue de la Folie-Méricourt, 75011 Paris, tél. 01 55 28 10 10.

http://www.artcena.fr/?CFID=165948864&CFTOKEN=45339759

 

Pôle emploi spectacle 75

202, rue de la Croix-Nivert, 75015 Paris, tél. 3949

http://www.pole-emploi.fr/informations/-@/spectacle/

 

Métiers et secteurs

 

Institut international de la marionnette

Des liens utiles vers l'art de la marionnette, ainsi que des informations sur l'École nationale supérieure de la marionnette (ENSAM), à Charleville-Mézières (08).

http://www.marionnette.com

 

Opéra national de Paris

Les coulisses de ce site vous entraînent vers l'actualité de la danse, les auditions et les concours de l'Opéra de Paris. Également des informations pratiques sur l'école de danse de l'Opéra.

https://www.operadeparis.fr/

 

AFDAS, assurance formation des activités du spectacle

L'AFDAS gère la formation professionnelle des secteurs du spectacle vivant, du cinéma, de l'audiovisuel, de la publicité et des loisirs. Le site permet aux intermittents et aux salariés de trouver un organisme de formation ou un stage conventionné.

http://www.afdas.com

 

CPNEFSV, Commission paritaire nationale emploi formation spectacle

Elle est chargée de mettre en place et de contrôler les moyens permettant d'améliorer les conditions de travail, d'emploi et de formation dans le spectacle vivant. Sur le site, la rubrique « Observatoire des métiers » permet de connaître les compétences et savoir-faire d'une sélection de métiers artistiques et techniques.

http://www.cpnefsv.org

 

 

Choix de formations - orientation

 

Fédération française des écoles de cirque

Pour s'informer sur l'enseignement en France des arts du cirque comme loisir ou préparation aux écoles menant aux diplômes d'État. Une liste complète des écoles et des centres de formation est disponible, consultable par région ou par ville.

http://www.ffec.asso.fr

 

Institut national des métiers d'art

Découvrez les formations menant aux métiers d'art dans le secteur des arts graphiques : graphiste, illustrateur, infographiste, relieur, etc.

http://www.institut-metiersdart.org/

 

Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles

Un guide des formations par discipline artistique, des textes législatifs et réglementaires, ainsi que la liste des aides à la création attribuées par le ministère de la Culture.

http://www.culture.gouv.fr/culture/dmdts/publications.html

 

Écoles - organismes de formation

 

Académie Fratellini

Toutes les informations sur le CFA arts du cirque : le diplôme, la formation par alternance, les inscriptions, les enseignements, etc.

http://www.academie-fratellini.com

 

CFA du spectacle vivant et de l'audiovisuel de Bagnolet

Unique CFA dans ces domaines d’activité, le CFA-SVA propose neuf formations (cinq en spectacle vivant et quatre en audiovisuel) en partenariat avec les prestataires pédagogiques les plus prestigieux du secteur : le CFPTS pour ses formations en spectacle vivant et l’INA pour ses formations en audiovisuel.

http://www.cfa-sva.com/

 

CNANC, Centre national des arts du cirque

Des informations sur la formation au CNAC.

http://www.cnac.fr

 

ESAD, École supérieure d'art dramatique de la ville de Paris

Des informations sur le déroulement de la formation, la liste des professeurs et un annuaire d'anciens élèves.

http://www.esadparis.fr/

 

CNSMDP, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

La formation du danseur et du musicien au CNSMDP complétée par des éléments sur la vie scolaire et des conseils pour trouver du travail une fois diplômé.

http://www.cnsmdp.fr

 

Emploi et recrutement

 

Profil culture

Portail d'emploi des professionnels de la culture. Il répertorie des offres d'emploi ou de stage dans l'audiovisuel, les arts du spectacle, le multimédia, la presse, le patrimoine, etc.

http://www.profilculture.com

 

All casting

Des offres de casting pour les comédiens, danseurs, chorégraphes, chanteurs et musiciens.

http://www.allcasting.fr/

 

Altermédia

Toutes les informations sur cette association dynamique qui accompagne les futurs auteurs et techniciens dans leur recherche de stages ou d'emplois. Elle propose également des formations.

http://www.altermedia.org

 

Ministère de la Culture

Un site pour tout savoir sur les métiers du ministère et leurs concours d'accès. Les formations sont classées par thème : musique et danse, théâtre et spectacle, cinéma et audiovisuel. Avec, en plus, l'actualité et les événements culturels en France.

http://www.culture.gouv.fr

 

Actualités spécialisées

 

Hors les murs

Le centre de ressources des arts de la rue et des arts de la piste met en ligne de nombreuses informations : calendrier des festivals, dossiers sur les stages et les formations, coordonnées des écoles de cirque professionnelles ou pré-professionnelles, offres d'emploi...

http://www.horslesmurs.asso.fr

 

Office national de diffusion artistique, ONDA

Un répertoire des festivals dans toute l'Europe, ainsi qu'une liste de liens utiles.

http://www.onda-international.com

 

Crédits photos

© Nastyaaroma © Belyjmishka © Wisky © Dmitri Maruta © jakubzak © chaoss © PeopleImages © andresr © Steve Debenport © scandeburea © Eugene_EM © gradyreese © eclipse_images © imgorthand © Région IDF © Ludovic le Couster © Nastco © lechatnoir © drazen_ © bjones27 © slidezero_com © Evgeniy Shkolenko © Xsandra © Oliver Laban-Mattei