Transport et logistique

Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne

Niveau d'accès Bac + 5 et plus
Statut
Fonctionnaire
Salaire moyen

3 500 € bruts mensuels

Tendance emploi

●○○

Synonymes
Aiguilleur(euse) du ciel
Contrôleur(euse) du trafic aérien
Contrôleur(euse) aérien(ne) de la circulation au sol
Instructeur(rice) contrôleur(euse) aérien(ne)
Centres d'intérêt Diriger, manager, décider Organiser, planifier, gérer

Description

L’Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne régule et ordonne la circulation des aéronefs en guidant, au sein d’une zone géographique définie, le pilote dans toutes les phases de son vol.

 

Activités principales

L'ingénieur du contrôle de la navigation aérienne contrôle la feuille de route des avions, des horaires de décollage à leur atterrissage, en passant par leur itinéraire. En cas de difficultés techniques ou de météo capricieuse, il sert également de guide aux pilotes. Son objectif : assurer la sécurité des passagers et le trafic continu des avions.

Comment travaille-t-il ?

Avant d'autoriser un avion à pénétrer dans le secteur aérien dont il a la responsabilité, l'ingénieur doit analyser l'état du trafic : il dénombre et localise les avions dans un périmètre précis. Pour cela, il utilise des appareils électroniques et informatiques, comme le radar, par exemple.

Quand l'avion traverse son secteur, il vérifie que sa progression, son altitude et sa vitesse correspondent bien à ce qui avait été prévu.

En contact radio permanent avec le pilote et les ingénieurs des autres secteurs aériens, il est amené à prendre la décision de modifier ou non le cap de l'avion. Il permet ainsi d'éviter les collisions et déclenche les opérations d'urgence en cas de danger. L'ingénieur du contrôle de la navigation aérienne donne aux pilotes toutes les informations utiles concernant notamment la vitesse du vent, les conditions atmosphériques au sol, etc. C'est encore lui qui détermine le moment et le lieu de l'atterrissage de chaque avion.

Où exerce-t-il ?

Dans les grands centres de contrôle régionaux, il est responsable d'un secteur aérien. Dans une tour de contrôle d'un aéroport, il est chargé de contrôler les atterrissages et les décollages. Mais où qu'il soit, l'ingénieur du contrôle de la navigation aérienne travaille en équipe.

 

Compétences pour être Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne

Qualités requises
Rigoureux :

Le contrôle du trafic aérien suppose de respecter de très nombreuses procédures et de vérifier des données très strictes.

 

Calme :

Les décisions prises par l’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne engagent la vie de centaines de passagers.
 

Disponible :

Pas de pause du trafic le dimanche, les vacances ou jours fériés.

 

Savoir-faire

  • - Recueillir les données techniques de l'espace aérien et évaluer les écarts avec les paramètres transmis par les pilotes
  • - Contrôler les indicateurs techniques et communiquer aux pilotes les instructions de positionnement et le guidage aux différentes phases de vol
  • - Repérer le positionnement des aéronefs sur les appareils de contrôle et surveiller la conformité de leur trajectoire dans l'espace aérien
  • - Réguler le trafic aérien et élaborer des modifications de plan de vol en fonction des urgences
  • - Identifier les besoins d'intervention en fonction des anomalies/accidents et mettre en place les procédures d'alerte
  • - Consigner les éléments d'activité (dysfonctionnement, infraction, incident) sur les supports techniques
  • - Contrôler le trafic aérien d'un site aéroportuaire de catégorie A - services à grande distance assurés normalement en toute circonstance
  • - Contrôler le trafic aérien d'un site aéroportuaire de catégorie B - services à moyenne distance assurés normalement en toute circonstance et certains services à grande distance ne comportant pas d'étape longue au départ de ces aérodromes
  • - Contrôler le trafic aérien d'un site aéroportuaire de catégorie C - services à courte distance et services moyenne et longue distance ne comportant que des étapes courtes au départ de ces aérodromes
  • - Contrôler le trafic aérien d'un site aéroportuaire de catégorie D destiné à la formation aéronautique, aux sports aériens, au tourisme et à certains services à courte distance
  • - Contrôler le trafic aérien d'un site aéroportuaire de catégorie E destiné aux giravions et aux aéronefs à décollage vertical ou oblique
  • - Réaliser le contrôle aérien avec des aéronefs civils dans l'espace aérien militaire
  • - Réaliser le contrôle aérien avec des aéronefs militaires dans l'espace aérien civil
  • - Réaliser le contrôle aérien avec des aéronefs militaires sur porte-aéronefs sur des zones militaires
  • - Réaliser un contrôle aérien au sol / contrôle d'aérodrome
  • - Réaliser un contrôle aérien d'approche
  • - Réaliser un contrôle aérien en route
  • - Contrôler le plan de vol et intégrer les nouveaux paramètres (trafic, plages horaires, aérodromes) dans les systèmes informatiques
  • - Concevoir un programme de sécurité
  • - Contrôler la conformité d'application d'un programme
  • - Contrôler l'application d'une réglementation

Savoir

  • - Code de l'aviation civile
  • - Pratique de l'anglais technique
  • - Mathématiques
  • - Mécanique appliquée à la navigation aérienne
  • - Règles de mesure de vitesse et d'altitude
  • - Météorologie
  • - Règles de contrôle aérien (d'approche, en route, au sol)
  • - Terminologie aéronautique (IATA, alphabet aéronautique, etc.)
  • - Caractéristiques techniques des aéronefs
  • - Caractéristiques des infrastructures aéroportuaires (pistes d'atterrissage, etc.)
  • - Sciences physiques
  • - Technologie aéronautique
  • - Logiciels aéronautiques
  • - Lecture d'indicateur radar et d'appareil de contrôle
  • - Système de suivi de trafic aérien
  • - Utilisation de matériel de navigation
  • - Aérodynamisme
  • - Indicateurs de créneaux horaires
  • - Règles de navigation à vue
  • - Règles de validation des plans de vol
  • - Procédures d'avitaillement carburant
  • - Contrôle aérien
  • - Techniques pédagogiques
  • - Techniques d'animation d'équipe

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne

Dans la fonction publique, votre salaire (ou "traitement") dépend de votre grade et de votre échelon. A cette rémunération principale, qui progresse avec l'ancienneté, s'ajoutent diverses indemnités et primes, versées par exemple en fonction de votre lieu d'exercice ou de la taille de votre famille.

 

Élève ingénieur du contrôle de la navigation aérienne
1 504, 21 €

Ingénieur stagiaire du contrôle de la navigation aérienne
1 565,13 €

Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne de classe normale
1 818,18 € € à 2 633,55 €

Ingénieur divisionnaire du contrôle de la navigation aérienne
1 911,90 € à 3 889,40 €

Ingénieur en chef du contrôle de la navigation aérienne
2 966,25 € à 4 531,39 €

 

(Ces salaires sont donnés en brut)

 

https://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-ingenieur-controle-navigation-aerienne-icna/0/6114.htm

Emploi

Les tours de contrôle des grands aéroports emploient près de la moitié des aiguilleurs du ciel.

Les cinq grands centres régionaux de contrôle de France comptent 40 % des ingénieurs de contrôle de la navigation aérienne. Ils se trouvent à Athis-Mons, près de Paris, à Aix-en-Provence, à Bordeaux, à Brest et à Reims.

La France compte aujourd’hui quelque 4 300 ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne, soit 20 % des effectifs du contrôle aérien en Europe.
 

Les offres d’emploi :

https://candidat.pole-emploi.fr/offres/recherche?lieux=11R&motsCles=N2202&offresPartenaires=true&rayon=10&tri=0

Choisir ma formation pour devenir Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne

Pour devenir ingénieur du contrôle de la navigation aérienne, vous devez intégrer l'Ecole nationale de l'aviation civile (ENAC) à Toulouse qui délivre un diplôme bac + 5 accrédité par la Commission des titres d'ingénieur (CTI).

Formation initiale

Pour exercer le métier d’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne (ICNA), une seule voie possible en matière de formation initiale : intégrer l'ENAC après un concours d’entrée très sélectif (concours communs polytechniques (CCP) dans les filières MP, PC et PSI) nécessitant deux ans de prépas scientifiques (ou BTS, DUT, L2) et un très bon niveau d'anglais. En 2018, 66 places ont été offertes au concours externe ICNA/ENAC.

Une fois admis au concours, vous devenez élève ingénieur ENAC fonctionnaire durant trois ans. A ce titre, vos études sont gratuites et rémunérées (en échange par la suite de 7 années de service). Le cursus à la fois théorique et pratique comprend un stage gratuit de pilotage qui peut vous conduire jusqu’au brevet de pilote privé avion et prévoit un stage en pays anglophone. Un examen médical afin de satisfaire aux conditions d'aptitude physique et mentale du métier est obligatoire.

A noter : L'ENAC permet également de préparer spécifiquement un diplôme de contrôleur aérien : le master en management et contrôle du trafic aérien (MCTA). La formation est accessible sur concours aux titulaires d'un bac + 2 scientifiques (prépa, BTS, DUT ou L2). Renseignements : http://www.enac.fr/fr/mcta-controleur-aerien

Formation continue interne

L’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne doit très régulièrement actualiser ses connaissances sur les réglementations et les technologies nouvelles.

Ce fonctionnaire peut évoluer en passant les concours internes, principalement vers des fonctions de recherche et développement, d'encadrement et de management dans les services de la Direction de l'aviation civile.

Pour aller plus loin, consulter la liste nationale des certifications  : http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=N2202

 

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier