Services à la personne et à la collectivité

Contrôleur, inspecteur des impôts

Niveau d'accès Bac + 3 à bac + 4
Statut
Fonctionnaire
Salaire moyen

Salaire moyen : --- € bruts mensuels

Synonymes
Chef(fe) de centre des impôts
Inspecteur(trice) principal(e) des impôts
Centres d'intérêt Diriger, manager, décider

Description

L’inspecteur des impôts contrôle les déclarations fiscales des contribuables et gère la comptabilité, ainsi que les recettes et les dépenses des pouvoirs publics (Etat, collectivités territoriales, etc.)

 

Activités principales

Le métier d’inspecteur ou de contrôleur des impôts est très diversifié, puisque la Direction générale des impôts est chargée de gérer de A à Z les recettes de l'État. Elle assure aussi le paiement des allocations d'aide à l'enfance, des pensions civiles, etc.

Comment travaille-t-il ?

Le personnel des impôts a aussi bien un rôle de suivi de dossiers, de contrôle, de recouvrement que d'information. Un agent, un inspecteur ou un contrôleur peut être affecté au calcul de l'impôt, à sa gestion ou à sa collecte. Au guichet, le personnel assure l'accueil du public venu payer un impôt, faire une réclamation, ou même souscrire une assurance vie. L'inspecteur des impôts assure principalement des tâches d'encadrement de ses collaborateurs et de contrôle des dossiers des contribuables.

Où exerce-t-il ?

Contrôleurs et inspecteurs sont tous rattachés à la Direction générale des impôts. Ils peuvent travailler dans un centre des impôts, dans une recette des finances ou encore à la brigade de recherche et de contrôle.

Compétences pour être Contrôleur, inspecteur des impôts

Qualités requises
Rigoureux :

La moindre erreur sur les chiffres et les calculs peut être très lourde de conséquences. Une attention soutenue est nécessaire pour exercer la profession.

 

Ouvert :

Le personnel des impôts est en contact fréquent avec le public, pour gérer des réclamations ou assurer le suivi des dossiers.

 

 

Concentré :

Délais à respecter, chiffres à contrôler, calculer, vérifier : le métier de contrôleur des impôts exige une grande disponibilité d'esprit.

Savoir-faire

  • - Renseigner les usagers et les conseillers dans leurs démarches juridiques et fiscales
  • - Calculer le montant d'imposition des contribuables
  • - Contrôler les dossiers des contribuables en matière d'impôts et de taxes locales
  • - Apporter une expertise sur des règles fiscales
  • - Effectuer des vérifications comptables
  • - Traiter des dossiers de contentieux (litiges, réclamations, etc.)
  • - Gérer le recouvrement des impôts
  • - Établir une base d'imposition à la taxe foncière
  • - Gérer le patrimoine de l'État
  • - Vérifier l'application de procédures opérationnelles et juridiques
  • - Réaliser le suivi d'un contrôle interne

Savoir

  • - Finances publiques
  • - Outils bureautiques
  • - Comptabilité générale
  • - Droit des sociétés
  • - Fiscalité
  • - Droit public

 

(Source : ROME)

Comparer avec un ou deux autres métiers

Pour mieux choisir, comparez le salaire, le statut, le niveau d’accès, la tendance sur le marché du travail les métiers qui vous intéressent.

Salaire Contrôleur, inspecteur des impôts

Dans la fonction publique, votre salaire (ou "traitement") dépend de votre grade et de votre échelon. A cette rémunération principale, qui progresse avec l'ancienneté, s'ajoutent diverses indemnités et primes, versées par exemple en fonction de votre lieu d'exercice ou de la taille de votre famille.

 

Inspecteur stagiaire

1 504 €

Inspecteur des finances publiques

1 635 € à 3 083 €

Inspecteur principal des finances publiques

2 0150 € à 3 669 €

Inspecteur des finances publiques

1 635 € à 3 083 €

Inspecteur divisionnaire des finances publiques, classe normale

3 008 € à 3 436 €

Inspecteur des finances publiques

1 635 € à 3 083 €

Inspecteur des finances publiques, hors classe

3 308 € à 3 739 €

Administrateur des finances publiques adjoint

2 741 € à 3 739 €

 

(Ces salaires sont donnés en brut pour l’année 2017)

 

https://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-personnels-direction-generale-finances-publiques/0/6040.htm

Emploi

La Direction générale des finances publiques recrute sur concours. Les postes sont très convoités, notamment celui d'inspecteur des impôts, dont la sélection est sévère (taux de réussite de 1,49% par rapport aux inscrits au concours de 2016).

La Direction générale des finances publiques dispose d'un effectif d'environ 110 000 personnes. Le nombre de fonctionnaires chargé de la fiscalité des particuliers a reculé entre 2012 et 2017 pour se situer, aujourd’hui, à 18 000.

Choisir ma formation pour devenir Contrôleur, inspecteur des impôts

Pour exercer le métier d’inspecteur des impôts, la formation que vous devez suivre s’articule en deux principaux temps : Premièrement, décrocher un diplôme de niveau bac + 3 ; deuxièmement, être lauréat du concours d’inspecteur des impôts.

 

S’agissant de votre diplôme de niveau bac + 3, les domaines qui vous préparent le mieux au concours d’inspecteur des impôts figurent l’économie, le droit, la gestion ou le commerce. Voici deux exemples de diplômes :

  • La licence administration économique et sociale, qui se prépare au sein de huit établissements en Ile-de-France, dont à l’Institut d'administration économique et sociale (Ecole de droit de La Sorbonne), Université Panthéon-Sorbonne, à Paris ; à l’UFR AES - Économie et gestion, Université Vincennes-Saint-Denis ; et à l’UFR de sciences sociales et administration, Université Paris Nanterre, à Nanterre.
  • La licence économie et gestion, que vous préparez au sein de treize établissements en région francilienne, dont à l’IUT Paris Descartes, Université Paris Descartes, à Paris ; à l’UFR des sciences économiques et gestion (et IAE Gustave Eiffel), Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, à Créteil ; et l’UFR droit, économie, gestion (cycle licence) - Centre Melun, Université Panthéon-Assas, à Melun.

 

Sachez néanmoins que si un diplôme bac + 3 suffit pour vous présenter au concours, de nombreux futurs inspecteurs sont titulaires d’un bac + 5. Exemples : d’un master gouvernance économique internationale, spécialité économie du secteur public, uniquement délivré, en Ile-de-France, par l’UFR Économie, gestion (centre Charcot), Université Panthéon-Assas, à Paris ; ou un master monnaie, finance, banque spécialité économie et droit, délivré par l’UFR Économie, gestion (centre Charcot), Université Panthéon-Assas, à Paris.

Une fois en poche ce diplôme, vous passez le concours d’inspecteur des impôts, organisé par l’École nationale des finances publiques. Les conditions pour concourir (en plus d’être titulaire d’un bac + 3) : être de nationalité française, jouir de l'intégralité de ses droits civiques, être en droit au regard du code du service national.

Lauréat du concours d’inspecteur des impôts, vous suivez une formation rémunérée de dix-huit mois afin de vous préparer à l’exercice des missions qui vous incombent. Les douze premiers mois se déroulent à l’École Nationale des Finances Publiques, à Noisiel (77) et incluent des périodes de découverte des services. Ensuite, vous suivez six mois de stage pratique dans votre première direction d’affectation.

Pour aller plus loin :

Consultez la liste nationale des certifications :

http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/resultat?romeRNCP=K1503

Changer bouger

Identifier les métiers vers lesquels évoluer avec ou sans formation complémentaire.

Liens utiles

1
Ajouter un autre métier
2
Ajouter un autre métier
3
Ajouter un autre métier